Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2022 6 10 /09 /septembre /2022 19:24

noir brillant BN

 

ou

 

tétrasodium (6Z)-4-acétamido-5-oxo-6-[ [7-sulfonato-4-(4-sulfonatophényl)azo-1-naphtyl]hydrazono]naphtalène-1,7-disulfonate

 

C28H17N5Na4O14S4

 

Le noir brillant BN est un colorant noir de la famille des azoïques, connu aussi sous les les noms noir PN, noir no 1, noir alimentaire 1 ou noir brillant.

 

 

Image illustrative de l’article Noir brillant BN

 

 

Noir brillant BN, Noir brillant PN, Noir brillant A, Noir PN, Noir alimentaire 1, Noir naphtol, C.I. Nourriture noire 1, ou C.I. 28440, est un colorant diazoïque noir synthétique. Il est soluble dans l'eau. Il se présente généralement sous forme de sel tétrasodique. Il a l'apparence d'une poudre solide et fine ou de granulés. Les sels de calcium et de potassium sont également autorisés.

 

Lorsqu'il est utilisé comme colorant alimentaire, son numéro E est E151. Il est utilisé dans les décorations et enrobages alimentaires, les desserts, les sucreries, les glaces, la moutarde, les confitures de fruits rouges, les boissons gazeuses, les boissons lactées aromatisées, la pâte de poisson, le caviar de lompe et d'autres aliments.

 

pour une douce Princesse, eau de jouvence à la violeTTe

double T de Tendresse et de Très Près

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2022 4 08 /09 /septembre /2022 17:59
Paru dans le journal L'Actu du 23 avril 2022

Paru dans le journal L'Actu du 23 avril 2022

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2022 4 08 /09 /septembre /2022 17:16

Description de cette image, également commentée ci-après

 

 

Breaking Bad

 

 

ou

 

 

Breaking Bad : Le Chimiste au Québec

 

 

C'est une série télévisée américaine en 62 épisodes de 47 minutes, créée par Vince Gilligan.

 

 

La série se concentre sur Walter White, un professeur de chimie surqualifié et père de famille, qui, ayant appris qu'il est atteint d'un cancer du poumon en phase terminale, sombre dans le crime pour assurer l'avenir financier de sa famille. Pour cela, il se lance dans la fabrication et la vente de méthamphétamine avec l'aide de l'un de ses anciens élèves, Jesse Pinkman. L'histoire se déroule à Albuquerque, au Nouveau-Mexique.

 

 

méthamphétamine

 

ou

 

(S) (+)-N-méthyl-1-phényl-
propane-2-amine

 

Image illustrative de l’article Méthamphétamine

 

 

Donna Nelson, professeur de chimie organique à l'Université de l'Oklahoma, a vérifié les scripts et fourni le dialogue. Elle a également dessiné des structures chimiques et écrit des équations chimiques qui ont été utilisées comme accessoires.

 

 

Breaking Bad

 

 

symboles chimiques du Brome (Z = 35 de la famille des halogènes)

et du Baryum (Z = 56 de la famille des alcalino-terreux)

 

 

mais aussi

 

 

le terme breaking bad est une expression familière du Sud signifiant sortir du droit chemin et mal tourner, soit pour un temps, soit pour la vie. Le verbe " to break bad " peut être traduit de façon idiomatique par " mal tourner " ou " partir en vrille". .

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2022 1 05 /09 /septembre /2022 17:26

3-MMC

 

 

ou

 

 

3-méthylméthcathinone

 

 

ou

 

 

2-(méthylamino)-1-(3-méthylphényl)propan-1-one)

 

 

C'est un nouveau produit de synthèse de la famille des cathinones de synthèse (ou aussi métaphédrone).

 

 

La 3-MMC est étroitement liée par sa structure à la méphédrone, une drogue illicite plus connue (4-MMC), et est également illégale dans la plupart des pays qui ont interdit la méphédrone car la 3-MMC est un isomère structural de la 4-MMC.

 

 

Cependant, la 3-MMC a toujours été présentée sur le marché des drogues récréatives comme une alternative à la méphédrone, et a été identifiée pour la première fois comme étant vendue en Suède en 2012.

 

 

La 3-MMC est un substrat de transporteur de monoamine qui inhibe puissamment l'absorption de noradrénaline et affiche une activité dopaminergique plus prononcée que sérotoninergique

 

 

Image illustrative de l’article 3-Méthylméthcathinone

 

 

Elle est créée en tant que médicament de synthèse suite à l'interdiction dans de nombreux pays de la méphédrone. La 3-MMC était vendue comme produit chimique de recherche, généralement sous forme de poudre. Il n'y a pas d'utilisation médicale connue ou signalée de la 3-MMC qui est utilisée uniquement comme drogue. Certaines intoxications mortelles ont été signalées, bien que seules quelques-unes impliquaient uniquement la 3-MMC.

 

 

C'est un dérivé de cathinone, qui est une forme synthétique de phényléthylamines. La 3-MMC a une cathinone qui est substituée par un groupe méthyle en position 3, ce qui en fait un isomère structural de la méphédrone.

 

 

La 3-MMC contient un centre chiral au niveau du carbone C-2. Il existe donc deux énantiomères, l'énantiomère R et S. On suppose que la forme S est plus puissante en raison de sa similitude avec la cathinone.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2022 1 05 /09 /septembre /2022 10:59

pholcodine

 

ou

 

  7,8-didéhydro- 4,5α-époxy- 17-méthyl- 3- [2- (morpholin- 4- yl) éthoxy]morphinan-6α-ol

 

1950

 

C'est la 3-morpholinoethylmorphine et un composé hémi-synthétique synthétisé à partir d'opium.

 

Elle se trouve dans un large nombre de sirops anti-tussifs, prescrits principalement en cas de toux sèche et irritante.

 

Image illustrative de l’article Pholcodine

 

Elle serait plus sédative que la codéine. Son effet sur la toux serait plus consistant que ceux de la codéine. Une dépression respiratoire est possible et est dose dépendante. Des études tendent à montrer une efficacité similaire au dextromethorphane.

 

dextromethorphane

 

Image illustrative de l’article Dextrométhorphane

 

Article paru dans Ouest-France du 03 septembre 2022

Article paru dans Ouest-France du 03 septembre 2022

Partager cet article
Repost0
23 août 2022 2 23 /08 /août /2022 20:04

Johann Rudolf Glauber

 

 

1604 - 1670

 

C'est un chimiste, pharmacien et alchimiste bavarois.

 

Glauber.png

 

 

 

Il étudie les procédés de fermentation, dont il tire parfois une grande partie de ses revenus. Il a isolé le glucose du miel, des raisins secs et du moût et a fabriqué du vinaigre à partir du bois.

 

 

Glauber a pu obtenir des alcaloïdes (morphine, brucine, strychnine) pour la première fois grâce aux effets de l'acide sulfurique ou de l'acide nitrique sur les plantes. Il a pu isoler les substances sous forme de poudre blanche. Cependant, les éléments chimiques et l'analyse élémentaire étaient encore inconnus à cette époque, de sorte que seules les descriptions de poste de Glauber peuvent donner des indices sur d'éventuelles substances. La découverte de la nature des alcaloïdes et leur premier isolement (dans le cas de la morphine) sont généralement attribués à Friedrich Sertürner au début du XIXème siècle (1805), après les travaux de Daniel Ludwig en 1688.

 

 

Par distillation fractionnée de sels d'acide acétique, il a probablement aussi obtenu de l'acétone (à partir d'acétate de zinc) et de l'acroléine. Il peut avoir obtenu du benzène et du phénol à partir de la distillation de la houille. Pour cette dernière substance, il a déclaré un effet antiseptique.

 

 

Que sait-on des alcaloïdes en 1658?

 

 

Les plantes contenant des alcaloïdes sont utilisées par l'homme depuis l'Antiquité à des fins thérapeutiques et récréatives. Par exemple, les plantes médicinales sont connues en Mésopotamie depuis environ 2000 av. J.-C..

 

 

L'Odyssée d'Homère faisait référence à un cadeau offert à Hélène par la reine égyptienne, une drogue apportant l'oubli. On pense que le cadeau était une drogue contenant de l'opium.

 

 

Un livre chinois sur les plantes d'intérieur écrit aux Ier et IIIe siècles av. J.-C. mentionnait une utilisation médicale de l'éphédra et du pavot à opium.

 

 

éphédrine

Ephedrine enantiomers.svg

 

 

En outre, les feuilles de coca sont utilisées par les Indiens d'Amérique du Sud depuis l'Antiquité.

 

 

Des extraits de plantes contenant des alcaloïdes toxiques, tels que l'aconitine et la tubocurarine, ont été utilisés depuis l'Antiquité pour empoisonner les flèches.

 

 

aconitine

Image illustrative de l’article Aconitine

 

 

tubocurarine

Image illustrative de l’article Tubocurarine

 

 

et après?

 

 

Les alcaloïdes sont des molécules à bases azotées, le plus souvent hétérocycliques, très majoritairement d'origine végétale. Ils peuvent se présenter sous forme de molécules organiques hétérocycliques azotées basiques.

 

 

À l'instar d'un grand nombre de produits naturels, la quasi-totalité des noms communs d'alcaloïdes portent une terminaison en « -ine », comme la nicotine, la caféine, l'atropine, l'ibogaïne, l'émétine, l'ergine ou la morphine.

 

 

Habituellement en chimie biologique, les alcaloïdes sont des dérivés des acides aminés. Il existe un type d'alcaloïdes contenant deux atomes d'azote dans le noyau aromatique et qui n'est pas d'origine naturelle, c'est le groupe des pyrazoles.

 

 

Sous forme purifiée, ces molécules dévoilent très souvent une toxicité aiguë, ainsi qu'à plus faibles doses, une activité pharmacologique apaisante, non sans effets d'accoutumance ou une toxicité chronique à long terme.

 

 

Sorti des laboratoires chimiques entre 1819 et 1827, le mot alcaloïde se rapporte à l'origine à un « comportement chimique semblable à un alcali, c'est-à-dire à tout corps basique en milieu aqueux » au cours de l'opération d'extraction en milieu liquide de base forte, solubilisant le ou les solutés basiques dits alcaloïdes. À cause du doublet électronique non liant de l'azote, les alcaloïdes sont considérés comme des bases de Lewis.

 

morphine

 

Image illustrative de l’article Morphine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2022 4 11 /08 /août /2022 08:11

Pierre-Jean Fabre

 

 

(1588 - 1658)

 

 

 

médecin et alchimiste français.

 

 

Image dans Infobox.

 

 

Pierre-Jean Fabre est clairement influencé par Jean-Baptiste Van Helmont (1579-1644), notamment lorsqu'il fait de la fièvre une colère de l'archée (esprit vital des paracelsiens) ou lorsqu'il traite de l'alkahest ou dissolvant universel.

 

 

L'alkalhest (Alchahest chez Paracelse) est une hypothétique substance alchimique. Le mot, inventé par Paracelse pour désigner une mystérieuse médecine pour le foie, fut repris par Jean-Baptiste van Helmont qui en fait le dissolvant universel capable de ramener tout corps à sa matière première (la materia prima des alchimistes). Malgré des propriétés paradoxales, dissolvant toute matière il ne peut être contenu dans aucun récipient, le concept connaîtra une fortune importante chez les chimistes/alchimistes de la seconde moitié du XVIIe jusqu'au début du XVIIIe siècle1.

 

 

Aux yeux de ses contemporains, Pierre-Jean Fabre est reconnu comme une autorité sur la peste de 1628-1632 (sud de la France et Italie du Nord) contre laquelle il recommande des remèdes chimiques dont l'utilisation du vinaigre.

 

 

Que sait-on du vinaigre en 1629?

 

 

À partir de 1628, la peste frappe le Lauragais. Pierre Jean Fabre tire de son expérience de soignant un Traicté de la peste selon la doctrine des médecins spagyriques, ouvrage publié à Toulouse en 1629, puis en 1653 à Castres, et repris sous le titre de Remèdes curatifs et préservatifs de la peste à Toulouse en 1720 où page 77 il est question du vinaigre.

 

 

fabre_peste6.jpg

 

 

5 000 ans av. J.-C., le vinaigre était utilisé comme condiment et pour la conservation, par les Babyloniens.

 

 

Dès 2 000 ans av. J.-C., le vinaigre est utilisé pour les blessures.

 

 

La Bible fait référence au vinaigre, en particulier le Livre de Ruth : « Le nazir s'abstenait non seulement du vin et de toute boisson fermentée, mais aussi du vinaigre...». Dans l'Antiquité, le vinaigre de raisin ou de palme était principalement consommé pour ses vertus désaltérantes. Sous la Rome antique, la posca était un vinaigre étendu d'eau et adouci au jaune d'œuf : la Sainte Éponge imbibée de cette dernière est tendue à Jésus de Nazareth pour le désaltérer lors de sa crucifixion.

 

 

Avant les travaux scientifiques, le vinaigre était principalement utilisé pour ses propriétés antiseptiques : Pierre-Jean  Fabre a conseillé le vinaigre pour limiter l'épidémie de peste de 1628 - 1632 et Antoine Maille aurait enrayé la Grande Peste de 1720 à Marseille avec son vinaigre des quatre voleurs.

 

 

À la même époque, on utilisait aussi le vinaigre pour purifier l’eau de la Seine avant de la boire ou bien pour étancher sa soif.

 

 

Et après?

 

 

Le vinaigre est une solution aqueuse à faible teneur d'acide acétique, qui entre principalement dans l'alimentation humaine comme condiment et conservateur alimentaire. Le vinaigre d'alcool déshydraté en cristaux est un nettoyant préservant l'environnement.

 

 

Il résulte d'une acescence, consistant en une transformation organochimique d'une solution aqueuse d'éthanol exposée à l'air, dont l'origine est une fermentation acétique produite par oxydoréduction microbiologique.

 

 

Le vinaigre contient donc un pourcentage d'acide acétique — pouvant être mesuré — et l'essentiel de l’éthanol a disparu ou ne subsiste que sous forme de traces d'alcool.

 

 

Formule développée de l'acide acétique.

 

acide éthanoïque ou acide acétique

 

 

Au début du XVIIIe siècle, Georg Ernst Stahl identifie la fermentation acétique de l'éthanol, puis Herman Boerhaave met en évidence la différence entre cette dernière et la fermentation alcoolique. En 1822, Christiaan Hendrik Persoon attribue l'acescence à un biofilm cellulosique qu'il dénomme Mycoderma aceti (littéralement : peau de champignon du vinaigre) : la « mère de vinaigre ». Louis Pasteur, alors au service des vinaigriers français, met en évidence les processus de fermentation alcoolique et de fermentation acétique. En 1864, il identifie l'une des espèces de bactéries acétiques à l'origine de cette dernière : Acetobacter aceti. Après Pasteur, d'autres chercheurs (Hansen, Duclaux, Henneberg…) identifient d'autres espèces de bactéries acétiques.

 

 

Principe de l'acescence

 

 

Dans une solution aqueuse d'éthanol (telle qu'une boisson alcoolisée) ou de glucides non fermentés (telle qu'un moût) exposée à l'air, la fermentation acétique produite par des bactéries acétiques aérobies contribue à l'acidité volatile, particulièrement dans celles résultant directement d'une fermentation alcoolique où subsistent des glucides : vin, bière, saké, cidre, poiré, hydromel, vin d'érable, vin de palme, bière de banane

 

 

Au-delà d'un taux critique d'acidité volatile, la fermentation acétique est à l'origine d'une acescence conduisant au vinaigre, une colonie de bactéries acétiques s'organisant en un biofilm lors de ce processus. En outre, Gluconobacter oxydans peut produire des polysaccharides (glucane, lavane…) lors d'un élevage, rendant ainsi le milieu visqueux.

 

 

Au-delà d'un taux critique spécifique d'acide acétique dans l'acidité volatile, une solution aqueuse d'éthanol peut subir une piqûre acétique par estérification à partir de l'acide acétique et de l'éthanol produisant de l'acétate d'éthyle.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2022 3 03 /08 /août /2022 17:15

le passe muraille

 

Marcel Aymé

 

1941

 

Émile Dutilleul, employé d'assurance transparent, prend depuis son enfance un médicament: le tétrapyrax, sans savoir pourquoi. Lorsque ce médicament cesse d´être vendu, il constate avec stupéfaction qu'il peut traverser les murs. S'il s'en cache au départ, il comprend vite l'intérêt de ce pouvoir, poussant son chef au burn-out, cambriolant les banques, dévalisant les musées. Lorsque sa mère décède en maison de retraite, il se rend compte qu'elle avait la même faculté. La police le retrouvant ivre-mort découvre qu'il est le passe-muraille, mais même le RAID ne peut pas grand-chose contre lui : il quitte comme il veut ses bracelets électroniques et quitte les prisons par les murs. Il se confie à Ariane, et acceptant d'assumer leur amour, fait des projets avec elle pour travailler dans un cirque en Belgique. Or, ayant filé son ex-femme, la police tente de l'empoisonner lorsqu'il lui remet 15 ans de pension en liquide. Émile s'échappe encore et, retrouvant un dernier tube de son médicament, l'avale pour retrouver une vie « extrêmement normale ». Fuyant la police de plus en plus difficilement à travers les murs, il reste prisonnier de celui de la maison d'Ariane. Ce mur parle désormais, jusqu'à ce que la maison, vendue, soit détruite, et lui, libéré...

 

Le Passe-muraille est un téléfilm français

réalisé par Dante Desarthe en 2016.

à partir de la nouvelle éponyme de Marcel Aymé.

 

Le tétrapyrax:

 

tétra comme tétracycline

 

C'est un antibiotique bactériostatique de la classe des cyclines (ou tétracyclines), produit par une bactérie du genre Streptomyces.

 

Image illustrative de l’article Tétracycline

 

et

 

pyrax comme paracétamol

 

N-(4-hydroxyphényl)acétamide

 

C'est un composé chimique utilisé comme antalgique (anti-douleur) et antipyrétique (anti-fièvre).

 

Image illustrative de l’article Paracétamol

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2022 4 28 /07 /juillet /2022 17:25

acide gamma-linolénique

 

 

Ou AGL (aussi appelé acide γ-linolénique ; en anglais, gamma-linolenic acid ou GLA) c'est un acide gras polyinsaturé oméga-6 correspondant à l'acide tout-cis6,9,12 octadécatriénoïque (18:3). Il est par conséquent distinct de l'acide α-linolénique, qui est un oméga-3.

 

 

GLAnumbering.png
 

 

acide (6Z,9Z,12Z)-octadéca-6,9,12-triénoïque

 

 

Exemple de la bourrache

 

Description de l'image 224 Borrago officinalis L.jpg.

(101'garden, oasis de sérénité pour une fleur bleue et une sirène... bleue)

 

 

Les feuilles sont riches en mucilage (11 %) et en nitrate de potassium et les graines sont riches en acides gras essentiels (acide gamma-linolénique 18-25 %) qui font partie du groupe des oméga-6.

 

 

Elle contient également des alcaloïdes pyrrolizidiniques, aux propriétés hépatotoxiques dangereuses (elles augmentent le risque de tumeurs au foie). Les feuilles et la tige contiennent de 2 à 8 mg/kg lycopsamine, de 7-acétyl-lycopsamine, d'amabiline, de supinine ainsi que des traces d'intermédine et de son dérivé acétylé. Les fleurs et les graines en contiennent une moindre concentration mais n'en sont pas dépourvues. Les fleurs contiennent de la thésinine. Les graines contiennent de la thésinine et sa forme glucosilée, la thésinine-4'-O-bêta-D-glucoside.

 

Les mucilages sont des substances végétales, constituées d'un composé gélatineux formé de polysaccharides, qui gonflent au contact de l'eau en prenant une consistance visqueuse, parfois collante, semblable à la gélatine.

 

 

Les alcaloïdes pyrrolizidiniques forment une classe d'alcaloïdes et de métabolites secondaires, caractérisés par une structure pyrrolizidine formée de deux cycles pyrroles. Ces alcaloïdes sont produits par les plantes et constituent un mécanisme de défense contre les animaux herbivores.

 

 

pyrrolizidine

 

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2022 3 27 /07 /juillet /2022 10:51

Johann Conrad Dippel

 

1673 - 1735

 

 

 

Image dans Infobox.

 

 

 

 

 

il fit quelques découvertes utiles, entre autres celle du bleu de Prusse et de l'huile animale ou huile de Dippel, employée longtemps contre l'épilepsie et le ver solitaire.

 

 

 

4 Fe3+ · 3 Fe(II)(CN)6.svg

 

 

 

 

 

Huile de Dippel ou huile d'os est un produit secondaire azoté de la distillation destructrice des os. C'est un liquide sombre, visqueux, comme du goudron avec une odeur désagréable.

 

Cette huile consiste principalement en des chaînes aliphatiques avec des fonctions azotées provenant de structures incluses comme des pyrroles, des pyridines et des nitriles.

 

La 2,6-diméthylpyridine ou 2,6-lutidine est un composé organique, hétérocyclique et aromatique, naturel, isolé de la fraction de base de goudron de houille et de l’huile de Dippel.

 

Image illustrative de l’article 2,6-Diméthylpyridine

 

 

 

Que sait-on du bleu de prusse en 1706?

 

 

 

Le marchand de couleurs Johann Jacob Diesbach découvrit accidentellement ce colorant bleu dans le laboratoire de Johann Conrad Dippel à Berlin entre 1704 et 1707, très probablement en 1706.

 

 

D'après le chimiste Georg Ernst Stahl, Diesbach essayait de produire de la laque de Florence, un pigment carminé à base de cochenille et d'alun. Habituellement, il faisait bouillir des cochenilles finement pulvérisées dans de l'eau puis il ajoutait de l'alun, du sulfate de fer et de la potasse. Un jour, qu'il était à court de potasse, il en emprunta à son collègue Dippel qui travaillait sur l’huile animale, une préparation à base de sang d'animal. Quand il rajouta cette potasse, qui était contaminée par de l'hexacyanoferrate, il n'obtint pas le rouge carmin attendu. En concentrant le précipité, il eut d'abord du pourpre puis un bleu profond.

 

 

Après

 

 

La correspondance entre Leibniz et Frisch appelle bleu de Prusse ce pigment bleu foncé en mars 1709 ; d'autres lettres de novembre 1709 disent bleu de Berlin (« berlinisch Blau »).

 

 

Diesbarch et Frisch produisirent en premier ce pigment à Berlin, au moins entre 1708 et 1716. Frisch en assurait principalement la promotion et la vente ; il en tirait des profits substantiels. Johann Conrad Dippel le produisit aussi aux Pays-Bas, durant son séjour dans ce pays jusqu'en 1714.

 

 

Dès 1709, le nouveau pigment est envoyé aux peintres de Paris, Leipzig, Bâle et en Italie. Les peintres européens l'adoptent rapidement.

 

 

Le médecin naturaliste britannique John Woodward publie en 1724 dans les Philosophical Transactions un procédé de production, sur la base d'une lettre reçue d'Allemagne.

 

 

L'année suivante, le chimiste médecin Étienne-François Geoffroy, révèle aux chimistes français les secrets de fabrication et bientôt toute l'Europe est au courant. Le bleu est alors connu aussi sous le nom de bleu de Paris.

 

 

 

"Bleu comme Nos Mots circulant sur le fil de Soie,

s'émerveillaient d'Amour La Princesse et son Prince,

et de PruSSe de ce ciment scellant notre UNion"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0